Actualités

Distinction Avocat émérite

Le 21 novembre dernier, Me Christiane Lalonde, directrice du Baj Laval, s’est vu attribué la distinction Avocat émérite lors d’une cérémonie  qui s’est déroulée à l’Hôtel Hyatt. En plus de reconnaître le parcours professionnel exceptionnel de plusieurs membres du Barreau, la soirée a permis de remettre la somme
de 16 500 $ à l’organisme Dans la rue!
Toutes nos félicitations à Me Lalonde!
Me Stéphanie Archambault
Directrice générale

Le Prix Robert-Sauvé remis à la juge Élizabeth Corte


Le 2 novembre dernier, le prix Robert-Sauvé 2017 a été remis à l’honorable Élizabeth Corte, juge à la Cour du Québec. Ce prix lui a été décerné pour souligner sa contribution exceptionnelle à la promotion des droits des démunis, son engagement et sa contribution pendant 26 ans en droit criminel à l’Aide juridique Montréal | Laval.

En juillet 1973, madame la juge Corte fait son stage du barreau en droit criminel au bureau d’aide juridique de Montréal. Elle poursuit sa carrière comme avocate criminaliste au même bureau à une époque où peu de femmes pratiquent en droit criminel. Rapidement, elle s’engage à promouvoir la défense des droits et libertés des personnes démunies et le respect de la dignité humaine. Elle devient un modèle et une référence pour les autres avocats et avocates. En 1981, elle se joint à l’équipe de direction de la division criminelle du bureau d’aide juridique de Montréal où son leadership est remarqué. Elle s’implique auprès de l’Association des avocats de la défense de Montréal où elle sera présidente de son conseil d’administration pour deux mandats. Elle siège au conseil d’administration de la Société de criminologie du Québec pendant une douzaine d’années. De 1997 à 2000, moment de sa nomination comme juge, elle agit à titre de vice-présidente de l’Association internationale des avocats de la défense, association dont elle est membre fondatrice. Tout au long de sa carrière de 26 ans à l’aide juridique et plus tard comme juge à la Cour du Québec, madame la juge Corte a toujours eu à cœur l’accès à la justice et défendu l’importance d’un régime d’aide juridique efficient pour aider les plus démunis.

Félicitations Mme la juge Corte, vous êtes une source d’inspiration pour chacun d’entre-nous


Une équipe d’avocats exerçant exclusivement en droit administratif

 

 

 

 

 

 

 

L’Aide juridique de Montréal|Laval est fière de vous annoncer que depuis le 23 octobre 2017, Me Bruno Boucher et Me Amanda Assaf, deux avocats exerçant exclusivement en droit administratif, offrent à nos clients résidant sur l’île de Montréal des services de représentation dans les domaines suivants:

 
– accidents de  la route
– accidents du travail
– indemnisation des victimes d’acte criminel
– rente d’invalidité et
– assurance invalidité
 
Nous avons regroupé cette offre de services au Bureau d’aide juridique Centre-Sud, notre bureau situé au cœur de l’île de Montréal, près du métro Papineau et d’un axe routier important.

Vous connaissez une personne qui a besoin de services juridiques en droit administratif? Invitez-la à prendre rendez-vous avec un de nos avocats en composant le 514-864-7313.


Distinction Avocat émérite (Ad.E)

Il me fait grand plaisir de féliciter Me Christiane Lalonde, directrice du Bureau d’aide juridique Laval, qui recevra la distinction Avocat émérite (Ad. E.).

Cet honneur attribué par le Barreau du Québec vise à marquer la reconnaissance de ses actions professionnelles et à souligner son parcours d’exception. En la nommant, le Barreau reconnaît que Me Lalonde contribue à renforcer l’image et le rayonnement de la profession d’avocat.

La cérémonie officielle d’attribution de la distinction Advocatus Emeritus aura lieu le 21 novembre.

Bravo Me Lalonde Ad. E. ! Nous sommes fiers de vous compter dans notre équipe!

Me Dominique Garant, directrice générale adjointe

 


Félicitations à Mme la juge Aline Quach pour sa nomination à la Cour supérieure

 

C’est avec beaucoup de fierté que je vous annonce la nomination de Mme Aline U.K. Quach, avocate au Bureau d’aide juridique de Maisonneuve-Mercier, comme juge de la Cour supérieure du Québec, districts d’Abitibi, Rouyn-Noranda et Témiscamingue.

Mme Quach a été stagiaire auprès à l’Aide juridique de Montréal Laval avant d’être admise au Barreau en 1996. Après quelques années en cabinet privé, Mme Quach revient travailler avec nous en 2000. Depuis, elle a travaillé dans plusieurs bureaux et travaillait comme avocate au bureau de Maisonneuve-Mercier.

Mme Quach a travaillé principalement en droit de la famille et s’est démarquée dans plusieurs dossiers d’enlèvement international. Mme Quach s’est beaucoup impliquée auprès de la communauté et dans l’organisation. Elle a aussi agi comme ambassadrice pour le Barreau de Montréal.

Je tiens à offrir à Me Quach toutes mes félicitations pour sa nomination, mes meilleurs voeux de succès et ma plus grande reconnaissance pour son expertise dont elle a fait bénéficier nos clients et qu’elle a généreusement partagé avec ses collègues. La nomination de Mme Quach rejaillit sur l’Aide juridique de Montréal | Laval et consacre notre statut d’acteur incontournable du monde juridique montréalais et lavallois.

Me Stéphanie Archambault
Directrice générale


Prix Robert Sacchitelle à Mes Maria Choquette Stuart et à Dalhia Gaiptman

 

Le 1er juin 2017, Me Danièle Roy présidente de l’Association des avocats de la défense de Montréal remettait le prix Robert Sacchitelle à Mes Maria Choquette Stuart et à Dalhia Gaiptman. Ce prix leur est décerné pour souligner l’acquittement qu’elles ont obtenu à la cour municipale de Montréal le 14 février dernier. Elles invoquaient le profilage racial dont leur client avait été victime.


Chasse et pêche

 

 

 

 

 

 

 

La belle saison se pointe le bout du nez et assurément, chasseurs et pêcheurs eux aussi sortent leurs cannes et frottent leurs fusils en oubliant parfois leurs permis!

Avant de pratiquer votre sport préféré, sachez que la chasse et la pêche sont des activités hautement règlementées et la moindre omission peut se traduire en amendes très salées, en plus d’entrainer la saisie de vos prises et vos fusils.

Un pépin est arrivé? Venez nous consulter.

L’Aide juridique de Montréal | Laval : l’expertise au service des gens.


Remise du Mérite du Barreau de Montréal

 

 

Le 10 mai 2017, Me Simon Tremblay, bâtonnier de Montréal remettait à Me Alec Fafard le Mérite du Barreau de Montréal. Ce mérite souligne la contribution exceptionnelle de Me Fafard au Barreau de Montréal particulièrement au Salon Visez Droit auquel il participe comme animateur, comédien et organisateur depuis 10 ans.

 

 

 

Allocution de Me Alec Fafard

Mérite du Barreau de Montréal

Monsieur le bâtonnier, membres du conseil, Madame la Directrice Générale, distingués invités, collègues et amis,

C’est avec un grand plaisir que je reçois aujourd’hui ce mérite du Barreau de Montréal. Se faire reconnaître de la sorte par ses pairs est sans doute ce qu’il y a de plus précieux lorsqu’au fil des ans on a le privilège de côtoyer tant de gens d’exception…

J’aimerais dans un premier temps remercier du fond du cœur le Conseil du barreau de

Montréal ainsi que la Conférence des anciens bâtonniers pour m’avoir octroyé ce prix.

Mais ce prix n’existerait pas  sans  l’apport  indéfectible d’une équipe extraordinaire dirigée par notre directrice générale Me Larrivée… Je ne peux passer sous silence le travail impeccable et méticuleux fait par Mme Gislaine Dufault et son équipe; merci Gislaine et une mention toute spéciale à Mme Christine Plourde. J’ai également une pensée pour Mme Marie-Eve Bourassa de PTA et son équipe qui répondent année après année aux nouvelles idées et exigences lors de la présentation du Salon.

Au fil des ans j’ai eu le support et les conseils de gens formidables qui sont aussi devenus des amis et au fil des ans, j’ai constaté le professionnalisme indéniable de notre belle grande rousse et maître de cérémonie Me Francine Beaumier…Mille fois merci Francine pour ta dévotion et ton énergie débordante… Au cours des dernières années, le Salon a bénéficié du savoir-faire et de la gentillesse de Mme Lynda Johnson conjointe et complice de notre ancien président Me Stéphane Davignon…merci Lynda et merci Stéphane.

Ce salon dont la vocation première est d’informer les citoyens, est devenu à travers les années un carrefour d’informations et de formation pour les futures générations. Ce désir d’éduquer, de former, d’aider, de comprendre les besoins des individus afin de mieux les représenter est issu de ma pratique quotidienne à la chambre de la jeunesse de Montréal.

J’ai le privilège, depuis 23 ans de travailler pour un organisme dont la vocation est la défense des démunis, des moins bien nantis. Cette conscience sociale, s’inscrit parfaitement dans le mandat du CCJM (Centre communautaire juridique de Montréal) et je remercie la direction de m’avoir permis au fil des ans de prendre ce temps pour, je l’espère, ouvrir des portes à ceux et celles qui prendront notre place sur le marché du travail. Un merci particulier ici à Mr le juge Normand Bastien, maintenant à la retraite mais qui, à l’époque où il était directeur du bureau jeunesse, a insisté pour que je le rencontre à son bureau pour effectuer un remplacement.

Cette vague de renouveau du Salon, cette mission du Barreau de Montréal de montrer un volet tout autre du rôle d’avocat dans notre société, trouve écho également dans les changements récents au sein du CCJM, dans ce nouveau Plan Stratégique où la bienveillance a maintenant sa place… Merci Me Archambault pour ainsi partager votre vision et l’éventail des possibilités qui s’offrent maintenant à nous pour nous épanouir…

Ce travail au Salon, tel que je le mentionnais plus tôt, ne se fait pas seul. Au fil des ans plusieurs collaborateurs se sont joint au rang afin d’apporter leur contribution : que ce soit les nombreux juges qui se sont prêtés à de multiples scénarios, les avocates et avocats de plusieurs champs de pratique, pour n’en nommer que quelque uns…

Je tiens à remercier tout d’abord Me Dominique Trahan, ancien directeur de mon bureau, maintenant à la retraite…qui m’a donné au cours des années une marge de manœuvre afin de mener à bien mes différents mandats, merci Dominique…

J’ai aussi pu compter sur le support indéfectible de plusieurs membres de mon bureau. Une pensée pour Me Michel Leclerc, maintenant à sa retraite qui avec sa perspicacité habituelle savait toujours comment m’inspirer et un collègue, en fait mon ami Me Robert Hamel, maintenant nouveau directeur du bureau jeunesse, qui s’est toujours montré disponible et à l’écoute… merci Robert.

Ma pratique quotidienne à la chambre de la jeunesse de Montréal, a et est toujours aussi enrichissante même si la réalité fait en sorte que nous voyons là les pires scénarios de la condition humaine… Il y a aussi de très beaux moments de bonheur mais, rapidement, j’ai réalisé comment il est important d’essayer de comprendre les enfants, de trouver le bon vocabulaire pour tisser ce lien de confiance si indispensable à une bonne représentation…

On réalise rapidement également, le rôle prépondérant qu’à l’éducation et l’expertise dans la recherche de solutions. C’est d’ailleurs pour ces raisons, qu’au fil des ans le Salon met tant d’énergie pour tenter de faire un bon pairage entre les écoles et leurs étudiantes  et  étudiants et  les  activités que nous  leur proposons…  Ce Salon est d’ailleurs une occasion unique pour que, à travers une pièce de théâtre, un étudiant se découvre un talent ou sache à qui s’adresser en cas de problème ou comprenne ce que peut vivre une autre personne en situation de vulnérabilité; ou à travers un procès simulé, pour comprendre l’impact de ses gestes et faire un choix plus éclairé quant à la solution à envisager…

En fait, j’ai réalisé que les enfants sont souvent le résultat de ce que nous, comme adultes, faisons comme choix… Un de nos compositeurs interprète Mr Paul Piché a écrit une chanson qui je crois résume le mieux mes propos : (L’escalier) « pis les enfants c’est pas vraiment, vraiment méchant Ça peut mal faire ou faire mal de temps en temps Ça peut cracher, ça peut mentir, ça peut voler Au fond ça peut faire tout ce qu’on leur apprend »

De là, l’importance cruciale de notre rôle comme parents, comme éducateurs comme adultes…

(…)

Un dernier mot pour mon Président…Horia merci pour tes bons mots et sache que nous avons avec nous des avocates et avocats engagés, ouverts d’esprit,  créatifs, qui sauront relever les défis pour les années à venir…

MERCI !

 


VOUS SOUHAITEZ PARRAINER VOTRE ÉPOUX, VOTRE ÉPOUSE OU VOTRE CONJOINT(E)?

***ATTENTION***

 

– Vous devez avoir 18 ans et plus, être résident permanent ou bien citoyen canadien pour agir à titre de répondant;

– Pendant 3 ans, vous serez responsable financièrement de la personne parrainée. Par exemple, si le parrainé reçoit de l’aide sociale, vous devrez vous-même rembourser le gouvernement. Il n’est pas possible d’annuler cet engagement à partir du moment où le parrainé obtient sa résidence, même en cas de divorce, de séparation ou d’annulation de mariage;

– Vous ne pouvez pas parrainer si vous recevez de l’aide sociale, sauf si vous recevez des prestations pour contraintes sévères à l’emploi;

– Vous ne pouvez pas parrainer si vous avez été condamné pour certains crimes, si vous avez déjà rompu un engagement de parrainage antérieur ou si vous êtes en défaut de paiement d’une pension alimentaire;

Soyez vigilant! Le droit de l’immigration change rapidement.

L’Aide juridique de Montréal | Laval : l’expertise au service des gens. Consultez-nous!

 


VOUS N’ÊTES PAS ENCORE CITOYEN CANADIEN ET DES ACCUSATIONS CRIMINELLES PÈSENT CONTRE VOUS?

***ATTENTION***

 

– Un résident permanent condamné à certaines infractions criminelles, peut se voir retirer sa résidence permanente et être déporté dans son pays d’origine;

– Un résident permanent recevant une sentence de plus de 6 mois, peut se voir retirer sa résidence permanente et être déporté dans son pays d’origine;

– Un résident permanent recevant une sentence de 6 mois ou plus perd le droit de contester la perte de sa résidence permanente;

– En matière d’immigration le mode de poursuite retenu par la Couronne (par acte criminel ou par procédure sommaire) n’est pas pertinent. Dans tous les cas, vous pourriez être affecté.

– Si vous avez eu ou si vous avez des démêlés avec la justice en matière criminelle, votre demande de citoyenneté pourra être compromise;

Soyez vigilant! Le droit de l’immigration change rapidement.

L’Aide juridique de Montréal | Laval : l’expertise au service des gens. Consultez-nous!